A l’occasion d’un déplacement en Suisse du cinéaste, le procureur de Los Angeles a adressé un mandat d’arrêt aux autorités helvétiques. A ce jour, les Etats-Unis n’ont semble-t-il pas encore présenté de demande officielle d’extradition (ils ont jusqu’à la fin du mois de novembre pour le faire). Si Polanski décide de contester celle-ci, il pourrait s'écouler une période relativement longue (plusieurs mois, certains avancent plusieurs années) avant qu'il n’ait à rendre des comptes à la justice californienne.

 

Se pose alors la question du maintien en détention de Polanski en Suisse d’ici là (sauf comme certains le l’imagine, à ce qu’il accepte la procédure d’extradition).

 

Les confrères qui ont déposés une demande de mise en liberté. Le Tribunal pénal fédéral a rendu son arrêt le 19 octobre dernier. Horreur, il est rédigé en allemand.

 

Par bonheur, une excellente analyse de celui-ci est disponible en français. Je ne peux que vous en recommander la lecture.