Cela fait des années que l’on attend l’annonce de la construction d’une nouvelle prison en Corse-du-Sud. On avait même fini par renoncer à y croire puisqu’un plan de réfection de 3 millions d’euros a été annoncé il y a un an pour la très vétuste (construite en en 1878, c’est la plus vielle prison de métropole) et surpeuplée prison d’Ajaccio, accolée au Palais de Justice situé boulevard Masseria.

Pourtant, de source bien informée, le site de la nouvelle prison vient d’être définitivement désigné. Il s’agit, ô surprise, du site préhistorique de Filitosa.

Loup Ragnola, faisant fonction de sous-directeur adjoint provisoire à la Direction du Patrimoine de la Collectivité de Corse en explique les raisons : « Nous constatons depuis plusieurs années une baisse constante et significative du nombre de visiteurs, la préhistoire suscitant toujours moins d’intérêt. Cela fait plusieurs années que nous avons entamé une réflexion portant sur une possible réaffectation de la destination du lieu. La présence sur le site d’imposants murs de pierre nous a conduit à nous rapprocher de l’administration pénitentiaire et à réfléchir à un mariage harmonieux entre les menhirs en granit et les murs d’enceinte en béton ». A titre très exceptionnel, nous avons pu avoir accès aux plans des architectes et force est de constater que le pari de l'harmonie a bien été tenu. 


filitosa2.jpg

Un chantier d’une telle ampleur va redynamiser la microrégion, qui souffre d’un important déficit de bétonisation. Une situation en passe de se résorber donc.

Barracuda Livazzi, intervenant culturel en milieu carcéral, se réjouit de cette décision : « Cela va permettre de familiariser les détenus à un pan majeur de la culture corse. La mise en place d’un atelier pour apprendre à tailler les menhirs est d’ailleurs déjà envisagée. »


filitosa1.jpg

Seul bémol : compte tenu de l’urgence d’entamer les travaux, les fouilles archéologiques préventives entamées dernièrement ne pourront aller à leur terme. C’est regrettable car si l’on sait depuis longtemps que les habitants de Filitosa vivaient de l´élevage d´animaux, de l´agriculture et de la chasse, les recherches les plus récentes ont démontré la place primordiale de la pêche (pratiquée dans le Tavaro tout proche) dans leur alimentation. Une preuve de plus, si besoin était, de l’exactitude de l’adage : le poisson c’est la vie.