Le temps d’attente à l’audience est un véritable fléau que tous les acteurs de la justice, qu’ils soient magistrats, greffiers ou avocats souhaitent combattre. Dans cette optique, le barreau de Bastia et le Tribunal de commerce de Bastia se sont rapprochés et envisagent de signer une convention intitulée « A la recherche du flé-temps perdu ». L’idée serait de scinder les audiences en deux parties : une première partie qui concernerait les plaidoiries les plus brèves dénommées « courtes explications » et une seconde partie, consacrée aux plaidoiries qui n’en finissent pas classiques. Selon une source proche du conseil de l’Ordre bastiais, ces « courtes explications » concerneraient les dossiers gagnés ou perdus d’avance où les avocats voudraient attirer l’attention des juges sur les points principaux du litige.

Allant plus loin dans leur réflexion et faisant le constat que le contentieux commercial concerne essentiellement des juges consulaires et des avocats, les uns et les autres étant très majoritairement corsophones, les deux institutions envisagent même qu’une part de ces courtes explications soient faites en langue corse, reprenant ainsi à leur compte le souhait exprimé par le bâtonnier d’Ajaccio. Mais il se murmure qu’il serait question de franchir une étape supplémentaire dans la préservation de la langue et de la culture corses. Ces plaidoiries en langue corse pourraient en effet se faire sous la forme d’une tradition qui se perd, les chjam’è rispondi.

Pour ceux de mes lecteurs du pays ami qui l’ignoreraient, les chjam’è rispondi sont des joutes poétiques chantées et improvisées entre plusieurs (le plus souvent deux) concurrents. En voici un exemple ICI.

Toujours selon la même source, dans le cadre de l’absorption du barreau ajaccien par le barreau bastiais du rapprochement entre les deux barreaux corses, une formation conjointe serait mise en place afin de permettre au plus grand nombre de s'initier ou de se perfectionner en la matière. Même si rien n’est encore fixé, il se pourrait bien que cette formation ait lieu dans un restaurant du Vieux-Port à Bastia lors d’un dîner-conférence.

Au menu ? Du poisson, bien-sûr.