Comme l'immense majorité d’entre nous, je suis ces jours-ci l'actualité avec une grande assiduité.

Comme certains d’entre nous, je m’inquiète des lois liberticides que les membres du MDPAFODNIQCPEEVR (Mouvement des Démagogues Prêts A Faire Ou Dire N'Importe Quelle Connerie Pour Être Élus Voire Rélus, lequel a la particularité de recruter ses adhérents de façon transversale dans quasiment toutes les composantes de l’échiquier politique), se font une joie et un devoir de rédiger, dans l’espoir qu’elles soient prochainement votées.

Je voulais donc en contrepoint, publier ici 3 citations qui me tiennent à cœur. Oh, je sais, pour 2 d’entre elles au moins, vous les aurez lu ailleurs, moult fois qui plus est. Mais le sujet est d’une telle gravité que les rabâcher est loin d’être inutile.

 

Commençons par la plus ancienne :

« Ceux qui sont prêts à abandonner une liberté fondamentale pour obtenir temporairement un peu de sécurité, ne méritent ni la liberté ni la sécurité ».

« (en) They who can give up essential liberty to obtain a little temporary safety, deserve neither liberty nor safety”.

Elle est davantage connue sous une forme un brin plus concise :

« Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux ».

L’auteur en serait Benjamin Franklin (Wikinote en doute ; qui suis-je pour aller à l’encontre de Wikinote ?).

 

La seconde nous viens du nord de l’Europe. Vous l’avez lue ces jours-ci dans sa forme raccourcie :

« J’ai un message pour celui qui nous a attaqué et pour ceux qui sont derrière tout ça: vous ne nous détruirez pas. Vous ne détruirez pas la démocratie et notre travail pour rendre le monde meilleur ».

« Nous allons répondre à la terreur par plus de démocratie, plus d’ouverture et de tolérance ».

En réalité, les paroles exactes de Jens Stoltenberg, le premier ministre norvégien le 22 juillet 2011 après les attentats ayant touché l'île d'Utoya et Oslo sont :

« C'est une attaque contre des civils innocents. Contre de jeunes gens présents à un camp d'été. Contre nous. J'ai un message pour ceux qui nous ont attaqués. Et pour ceux qui sont derrière. C'est un message de la part de toute la Norvège: vous ne nous détruirez pas. Vous ne détruirez pas notre démocratie et notre engagement pour rendre le monde meilleur. Nous sommes une petite nation, mais une nation fière. Aucune bombe ou aucune fusillade ne nous fera taire. Nous ne serons jamais effrayés d'être Norvégiens. »

« Nous ne devons pas renoncer à nos valeurs. Nous devons montrer que notre société ouverte peut faire face à cette épreuve. Que la meilleure réponse à la violence est encore plus de démocratie. Encore plus d'humanité. Mais jamais de naïveté. C'est quelque chose que nous devons aux victimes et à leurs familles. »

 

La dernière citation est la plus récente et a été diffusée sur Twitter par @LehmannBro qui, sauf mieux informé, semble en être l’auteur :

« Ils ne tuent pas la liberté. Ils tuent des gens. Ensuite, nous tuons la liberté... Et ils gagnent ».

 

QU’ON SE LE DISE.