Voilà 2 mois que je n'ai plus écrit, accaparé que je suis par de nombreuses choses à gérer, tant personnelles que professionnelles.

Pour cette nouvelle année, je ne voulais pas prendre de (bonne ?) résolution. J'avais tout au plus l'intention de me remettre à écrire. Le sujet de mon premier billet était tout trouvé, j'allais vous présenter mes vœux. Je le fais d'ailleurs au passage : tous mes vœux pour 2015, cher(s ?) lecteur(s ?). J'allais présenter mes vœux donc écrivais-je, quand c'est arrivé. Comme beaucoup d'entre vous, comme l'immense majorité d'entre vous, l’événement m'a laissé sidéré, groggy, un étrange goût de cendre et de sang mêlés dans la bouche.

Un séjour prolongé dans une maison partagée, mon goût pour la lecture, m'ont fait découvrir Le Canard Enchainé il y a 28 ans. J'en devenais un lecteur irrégulier, avant, à peine adolescent (eh oui, contrairement à ce que pensent certains d'entre vous, JE N'AI PAS SOIXANTE ANS - ça, c'est dit - mais bien, aujourd'hui et pour l'éternité, thuit ans),  de m'y abonner. Cela fait donc plus d'un quart de siècle que les dessins de Cabu sont mes compagnons hebdomadaires. J'avais, je le confesse bien volontiers, moins d'atomes crochus avec Charlie Hebdo, même s'il m’arrivait parfois de le lire. Hier, soit quand même au bout de 3 jours, j'ai fini par réaliser : il n'y aurait plus de caricature de Cabu, ni dans l'un, ni dans l'autre, ni ailleurs.

Se pose évidemment la question de "l'après". Peut-être est-ce dû à mon naturel pessimiste, mais je ne crois pas que l'élan collectif auquel nous assistons (j'y apporte ma modeste contribution) perdure dans le temps. Les réactions et manifestations diverses qui ont suivi le séisme politique d'avril 2002 n'ont accouché de rien. De rien de neuf, en tout cas. Il (me) faut pourtant agir. Je vais donc réaliser les quelques projets d’engagement personnel, sous différentes formes, que je retardais ou avais suspendu. En espérant ne pas m'essouffler trop vite. Cela aura nécessairement pour conséquence une activité bloguesque moindre, mais c'est hélas l'un des prix à payer. 

En attendant, comme tant d'autres,

Je suis Charlie