[MAJ, suite à divers articles de presse]

Il y a une demi-douzaine d'années, le CNB décidait d'encourager les avocats à être présents sur internet. Pour cela était créée une plateforme  qui leur était spécifiquement dédiée et dont l'inscription était gratuite (à condition de justifier de sa qualité d'avocat), la blogosphère d'Avocats.fr. Toutefois, cet hébergement coutant 55.000 € par an, le CNB  a décidé de fermer ce service. Question : que vont devenir les 1.600 blogs qui y étaient hébergés ?

Certes, tous n'étaient pas actifs, nombreux d'entre eux ayant été abandonnés aussitôt ouverts ou utilisés comme simples sites-vitrine. Mais il n'en reste pas moins qu'environ 250 blogs étaient alimentés de façon plus ou moins régulière (200 selon le CNB, dont 30 très actifs). Plusieurs possibilités sont avancées par mes confrères concernés par cette prochaine fermeture. Certains considèrent que s'étant lancés dans l'aventure  sous l'impulsion du CNB, il est de la responsabilité de celui-ci de trouver une solution de repli, ne serait-ce que pour sauvegarder l'immense travail qui a été accompli en matière de rédaction de billets. Malgré toute l'affection et la solidarité bloguière que je peux leur porter, j'ai un doute sur la pertinence de cette hypothèse, parce que son coût est tel qu'il m'étonnerait fort que par ces temps de disette, le CNB accepte de le prendre en charge. D'autres ont décidé de se tourner vers le second acteur du "marché des blogs juridiques", en l’occurrence Legavox. Cette plateforme, dédiée aux blogs juridiques et non seulement d'avocats, connait un succès notable. D'ailleurs, plusieurs confrères, par prudence ou par pressentiment, avaient depuis longtemps ouvert là leur second blog. Il semblerait que le mouvement s'accélère ces dernières heures, avec malheureusement pour la plupart, le démarrage d'un nouveau blog plutôt qu'une migration (qui nécessite de bonne connaissance techniques); enfin, d'autres choisiront d'ouvrir un blog sur des terres plus généralistes, comme je l'ai fait il y a désormais 5 ans.Seule (relative) bonne nouvelle : une sauvegarde des billets et des commentaires sera transmise par Affinitiz au CNB. Pour la coquette somme de 20.000 €. Oui, vous avez bien lu, 20.000 €.

Il reste que le CNB, qui a fait l'objet de nombreuses critiques concernant sa gestion du RPVA, peut être considéré comme responsable de cet échec. A l'heure où sont avancés les projets de "RPVA-coffre-forts" et d'e-cloud collectif pour les avocats, ce nouveau faux-pas en matière numérique n'est guère encourageant.