Reprise de notre feuilleton portant sur le procès de 46 avocats kurdes accusés d’avoir participé aux actes terroristes de leurs clients membres du PKK, l'organisation d'Abdullah Ocalan. Au titre d'exemple des "preuves" retenues contre certains d'entre eux de leur appartenance à une organisation terroriste, la possession de livres d'Ocalan. Lire, cette activité subversive...

Toujours est-il que le 20 juin dernier s'est tenue la 5ème journée d'audience, alors que l'attention du pays était focalisée sur les événements de la place Taksim, dans la foulée desquels environ 150 avocats (majoritairement kurdes) ont été arrêtés, notamment au palais de Caglayan, à Istanbul.

Cette énième audience a eu à nouveau lieu à Silivri, dans une nouvelle salle d'audience, dont la construction vient d'être achevée. Seuls 6 accusés ont pu prendre la parole, du fait de la brièveté de l'audience, raccourcie il faut bien le reconnaitre, par le temps pris pour la traduction, puisque désormais, il est possible pour les accusés de s'exprimer en kurde. 

Afin de ne pas prendre de décision trop précipitée, le tribunal a décidé de renvoyer le procès au 17 septembre prochain.

"To be continued...", comme on dit dans les séries américaines.