Je vous avais touché un mot en juillet de la procédure dont font l'objet depuis novembre 2011, 46 avocats turcs accusés d’avoir participé aux actes terroristes de leur clients au rang desquels notamment Abdullah Ocalan, le dirigeant du PKK.

Si certains d’entre eux ont été relâchés, 27 confrères sont encore détenus. En juillet dernier, le procès avait été renvoyé au 6 novembre. Alors que la première « tranche » s’était déroulée dans une salle curieusement trop exigüe pour contenir le public attendu, cette fois celui-ci s’est tenu, comme tout procès équitable qui se respecte, au sein même de la prison de Silivri, qui est située à 80km à l’ouest d’Istanbul.

Hélas, l’audience a tourné court, pour ne durer qu’une poignée d’heures et être à nouveau renvoyée au 3 janvier 2013. Seuls les mauvais esprits y verront une tentative pour décourager la présence des observateurs internationaux qui suivent le procès.