Mariana Ivelashvili, jeune avocate géorgienne, âgée de 22 ans, depuis peu inscrite au barreau, a été arrêtée, emprisonnée et puis condamnée à 7 ans de prison ferme après un procès bâclé. Elle purge actuellement sa peine à la prison pour femmes de Mtsiziri.


Mariana Ivelashvili (crédit photo : http://www.humanrights.ge)


Le prétexte à cette condamnation est sans intérêt. Cette très lourde condamnation a pour cause véritable la solide inimitié que le procureur local voue à la famille Ivelashvili. Celle-ci est impliquée dans le monde judiciaire géorgien puisque la mère de Mariana Ivelashvili est avocat et son père ancien magistrat. Le précédent acte de cette vindicte personnelle a eu lieu quand le procureur en question a fait arrêter le frère de Mariana Ivelashvili. Mariana Ivelashvili a eu l’audace de manifester pour obtenir la libération de son frère.

Si aujourd’hui, j’évoque plus particulièrement le cas de Mariana Ivelashvili, il faut toutefois savoir que sa situation n’est pas isolée. Une centaine de confrères géorgiens se trouvent en prison, chiffre plus élevé qu’à l'époque du communisme, c’est dire !

Je relaie dont ici l’appel qui est lancé à tous pour soutenir Mariana Ivelashvili et obtenir sa libération. Pour cela vous pouvez :

* Écrire aux autorités géorgiennes et françaises aux adresses suivantes :

- Monsieur le Président de la République de Géorgie
Son excellence Mikheil Saakachvili
Administration of the President of Georgia
1 M. Abdushelishvili Street, Tbilisi, Georgia 0103
Email : info [a rond] president.gov.ge et  maia [a rond] president.gov.ge
Fax: +995 32 282728

- Monsieur le Président de la République
Palais de l'Elysée
55, rue du faubourg Saint-Honoré
75008  Paris

N'oubliez pas d’adresser par fax ou mail une copie vos envois à mon confrère Marc Jobert qui pourra ainsi en informer le Barreau de Géorgie ainsi que Mariana Ivelashvili :

mjobert [a rond] club.fr

fax: (33) 01 79 75 27 81

* Signez la pétition électronique disponible ICI

 

Merci de votre aide.

 MAJ : grâce au formidable travail de mon confrère Marc Jobert et à la mobilisation de tous, Mariana Ivelashvili a été graciée le 25 novembre 2001.