Ce tribunal, outre un nom un peu curieux, comporte deux innovations majeures :

C’est la première juridiction dans l’histoire du droit à être à la fois cambodgienne et internationale. Y siègent à parts égales des magistrats étrangers et cambodgiens qui appliquent le droit cambodgien, lequel est inspiré par le droit français.

C’est également la première fois dans l’histoire des tribunaux internationaux que les victimes peuvent se constituer partie civile.

 Ceci n’a pas eu lieu  sans heurts : les parties civiles ont été partiellement évincées des débats et ont le sentiment d’avoir été traitées sans égard par les magistratsUn co-procureur a démissionné (officiellement pour raisons personnelles), un juge du siège est accusé de partialité.

Dernière particularité notable, si comme c’est désormais la règle dans ce type de procès, historien est intervenu, pour donner un éclairage sur les faits, il l'a fait à la demande de la défense, ce qui est exceptionnel.

Bien que les audiences soient terminées depuis le jeudi 17 septembre dernier, le procès reprend ces jours-ci pour les plaidoiries, qui sont minutées de la façon suivante :

Les premiers à plaider ont logiquement été les avocats des parties civiles, qui ont eu la parole ce lundi pendant cinq heures.

Aujourd’hui, les co-procureurs ont requis, eux aussi pendant cinq heures.

Les avocats de la défense et l’accusé lui-même prendront la parole demain et jeudi 26 novembre. Ils pourront s’exprimer pendant au sept heures et demie.

Enfin vendredi 27 novembre les avocats des parties civiles et les co-procureurs auront la possibilité de reprendre à nouveau la parole, pour une durée d’une heure chacun.

Enfin, les avocats de la défense et l’accusé, Duch, pourront encore faire valoir leurs arguments durant une heure.

Le verdict devrait être rendu au printemps 2010.