Une avocate s’était présentée à la barre portant un voile sur la tête. Refus énergique du Président de la laisser plaider. Averti de l’incident, un avocat un peu âgé était allé chercher, au fond d'un couloir, une toque abandonnée dans un coin. Faut-il le rappeler la toque est le seul couvre-chef autorisé dans les prétoires. Ainsi coiffée, l’avocate était retournée dans la salle d’audience, où le magistrat n’avait rien trouvé à redire à ce stratagème.

Voici peut-être une piste de réflexion pour Zoubida Barik Edidi car si la robe espagnole est ouverte sur le devant, contrairement au modèle français, l’avocat espagnol portait lui aussi la toque, pardon la birrete, avant qu’elle ne tombe en désuétude, comme de ce côté des Pyrénées.

Quoiqu’il en soit, elle a décidé de porter l’affaire devant la Cour nationale. Affaire à suivre, donc.