Ecartons tout d’abord la qualification de vol avec arme (son arme de service, en l’occurrence) qui lui ferait encourir 20 ans de réclusions et 150.000 euros.

 

Ecartons également le vol en bande organisée (sans autre circonstance aggravante), où la peine encourue est de 15 ans de réclusion et 150.000 euros, pour quelqu’un qui est décrit comme solitaire. Manipuler une quarantaine de sac, c’est peut-être long, mais pas impossible.

 

Dans les deux cas, cela lui aurait valu un passage devant une Cour d’assises.

 

Il me semble qu’il est aujourd’hui poursuivi pour vol simple. En effet aucune des circonstances aggravantes prévues par l’article 311-4 du Code pénal pour que soit constitué le délit de vol aggravé n’est remplie :

 

1° Lorsqu'il est commis par plusieurs personnes agissant en qualité d'auteur ou de complice, sans qu'elles constituent une bande organisée ;

2° Lorsqu'il est commis par une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public, dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de ses fonctions ou de sa mission ;

3° Lorsqu'il est commis par une personne qui prend indûment la qualité d'une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public ;

4° Lorsqu'il est précédé, accompagné ou suivi de violences sur autrui n'ayant pas entraîné une incapacité totale de travail ;

5° Lorsqu'il est facilité par l'état d'une personne dont la particulière vulnérabilité, due à son âge, à une maladie, à une infirmité, à une déficience physique ou psychique ou à un état de grossesse, est apparente ou connue de son auteur ;

6° Lorsqu'il est commis dans un local d'habitation ou dans un lieu utilisé ou destiné à l'entrepôt de fonds, valeurs, marchandises ou matériels, en pénétrant dans les lieux par ruse, effraction ou escalade ;

7° Lorsqu'il est commis dans un véhicule affecté au transport collectif de voyageurs ou dans un lieu destiné à l'accès à un moyen de transport collectif de voyageurs ;

8° Lorsqu'il est précédé, accompagné ou suivi d'un acte de destruction, dégradation ou détérioration ;

9° Lorsqu'il est commis à raison de l'appartenance ou de la non-appartenance, vraie ou supposée, de la victime à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée, ou de son orientation sexuelle, vraie ou supposée.

 

Il encourt donc 3 ans d’emprisonnement et 45.000 euros d’amende.

 

Beaucoup penseront que le jeu en vaut la chandelle.