Mes lecteurs l’auront peut-être deviné, il va encore être question de football dans les lignes qui vont suivre.

 

Comme d’autres médias, le quotidien « Libération » s’est fait l’écho de ce que le parquet de Paris a requis le renvoi devant le Tribunal correctionnel de 17 personnes dans une affaire concernant le PSG. Parmi ces personnes, que du beau linge maillot : les anciens présidents Francis Graille et Laurent Perpère, plusieurs agents de joueurs, le club du PSG en tant que personne morale mais encore l'équipementier sportif Nike France (également en tant que personne morale) ainsi que l’ancien directeur de cette société, Olivier Jaubert.

 

Il est reproché à ces messieurs d’avoir mis en place entre 1998 et 2003 un système de fraude destiné limitant les charges sociales et fiscales versées par le club tout en répondant aux exigences financières (légitimes, sauf pour Landreau) de joueurs et d'entraîneurs.

 

Le PSG aurait versé des « surcommissions » (en la matière, les commissions sont limitées par la loi à 10% du montant du transfert) aux agents de joueurs, « surcommissions » que ceux-ci auraient reversées aux joueurs comme compléments de salaires non déclarés.

 

« Libé » croit savoir que « Aucun des joueurs du PSG concernés par ces transferts douteux n'a été mis en examen dans le dossier » « l’enquête pénale épargnant curieusement les footballeurs eux-mêmes ».

 

Quelle est donc la cause de cette curieuse mansuétude de la part des magistrats du parquet ? Un goût immodéré du football ? L’intervention d’un supporter haut placé (et par ailleurs locataire de l’Elysée) du PSG ?